Sessions expérimentales lettristes

// SESSIONS EXPERIMENTALES // LETTRISTES
Sons, Signes, Silences
PAR NOSFELL
HOMMAGE A ISIDORE ISOU, FONDATEUR DU LETTRISME
LE JEUDI 11 DECEMBRE 2008, A PARTIR DE 20H30, AU BLOC

 

Dans le cadre de la soirée de lancement de la revue culturelle TI, Culture, Création, Avant-garde, dont le premier numéro automne/hiver est consacré au mouvement d’avant-garde le lettrisme, les fondateurs ont voulu créer un événement en invitant l’artiste Nosfell qui a immédiatement répondu à leur invitation.
Ses investigations expérimentales, menées en parallèle du travail que le public connaît, entrent en résonance directe avec les recherches lettristes auxquelles il s’intéresse.

SESSIONS EXPERIMENTALES LETTRISTES – Sons, Signes, Silences prend la forme d’un hommage à Isidore Isou (1925-2007), fondateur du lettrisme. A partir de « citations » d’œuvres d’Isou, utilisées comme leitmotiv, Nosfell créera une composition comprenant des improvisations.

L’actualité de Nosfell:
Il prépare un livre disque avec Ludovic Debeurme édité par Futuropolis et également un 3ème album dont la sortie est prévue au printemps 2009. Représentation du spectacle « Le lac aux Vélies » à la salle Pleyel le 29 juin 2009.

Défendez l’essentiel
Luttez contre l’inutile
Lisez Terrorisme Intellectuel

Le Bloc
21 rue Brochant, 75017 Paris
01.53.11.02.37
M° Brochant
Entrée libre



TI : Nouvelle revue à parution aléatoire gratuite

 

TI est une nouvelle revue culturelle consacrée à toutes les formes de création et d’avant-garde. Dans une époque où aucun média ne semble relever le défi, TI s’avance stratégiquement en première ligne pour imposer son « Terrorisme Intellectuel ».

La première livraison est gratuite et disponible dans les librairies, les lieux de culture parisiens (musées, galeries), tous les endroits où la révolte cultivée vient s’abreuver ; jusqu’aux lieux où la culture radicale ne rentre jamais, dans les prisons, les hôpitaux psychiatriques. Sans limite.

Le nom TI est l’abréviation de « Terrorisme Intellectuel » qu’il faut voir comme une provocation volontaire.

TI est contre les discours les plus arriérés sur la culture : le discours médiatique vide ; le discours de l’enseignement abrutissant, de l’école à l’université ; le discours révolutionnaire inoffensif ; l’érudition courte en retard permanent sur les forces émergentes de la création. Pour ceux-là nous n’aurons pas d’égard. Ils ont trop malmené la culture.

TI est pour la défense de la création comme valeur structurante et indépassable. Choisir la création comme unique critère de décryptage de la culture nous paraît être une idée simple, naturelle. C’est l’idée de TI.

Le premier numéro « Grandeur du lettrisme » marque l’importance que les fondateurs de la revue accordent à ce mouvement révolutionnaire né en 1945. Selon eux, « rien de grand ne pourra voir le jour tant que le lettrisme sera maintenu dans les ténèbres de l’oubli, conscient ou inconscient. L’avenir de l’art, ce sera le dépassement du lettrisme, sa répétition ou le néant ». Ainsi dans chaque numéro, TI abordera et traitera un seul thème à la fois. La périodicité de TI sera aléatoire, en fonction de ce que la nécessité imposera de traiter. Un numéro 2 est tout de même prévu. Il traitera et dénoncera les « critères identitaires » qui détruisent les branches de la culture. Il aura pour titre : « Du néant de la création identitaire ».

Les quatre textes de « Grandeur du lettrisme » tracent une cartographie du système lettriste et en indique sa position singulière dans le domaine de l’art. Il s’agit d’indiquer le progrès qu’il implique dans l’histoire de la création. Chacun aborde une problématique précise :

Comment le projet lettriste dépasse-t-il celui du surréalisme sans le renier ni ignorer ses réponses ? Eric Monsinjon. Comment l’œuvre de Guy Debord qui s’origine dans celle d’Isou peut-elle être l’objet d’une démystification ? Valérie Bouriel. Comment le lettrisme se situe-t-il historiquement dans le paysage de la création artistique et dans quelles mesures demeure-t-il, encore aujourd’hui, la seule véritable force d’avant-garde ? Roland Sabatier. Comment les théories et les œuvres lettristes détruisent-elles l’Esthétique relationnelle défendue par Nicolas Bourriaud ? Guillaume Robin.

Roland Sabatier est la seule contribution « lettriste » de la revue. Figure majeure du mouvement lettriste depuis 1963, il développe une œuvre protéiforme à l’hermétisme radical.

Une version de luxe de TI a été tirée à 30 exemplaires comportant chacun une œuvre de Roland Sabatier signée et numérotée de la main de l’artiste. Il s’agit d’un dessin inédit figurant un schéma tracé en blanc sur noir. Le schéma fonctionne comme un signe s’inscrivant dans l’art hypergraphique (ou écriture intégrale), mais aussi comme un outil pédagogique visuel, c’est-à-dire, une explication sur la place historique du lettrisme dans la ligne du temps.

Les fondateurs de TI sont Valérie Bouriel, Eric Monsinjon et Guillaume Robin. Véritables « forces vives », ils veulent imposer la création révolutionnaire dans tous les champs de la culture. Leurs biographies importent peu, seuls comptent leurs actes et les positions défendues.

Défendez l’essentiel
Luttez contre l’inutile
Lisez Terrorisme Intellectuel



Ouverture du blog TI

Ouverture du premier blog consacré à la revue culturelle intitulée  » terrorisme intellectuel « .



Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
high school musical et camp... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres